Filtrer par
02/12/2023

Comme vous l'avez tous remarqué, depuis le soir du 19 novembre 2023, une activité éruptive très particulière se déroule au Cratère du Sud-Est de l’Etna.

Elle se manifeste sous la forme de courts épisodes d'activité strombolienne, séparés par des intervalles de calme total, à une fréquence d'environ un épisode toutes les 60-80 minutes.

 

L'Etna entre en éruption, décembre 2023

Le rythme est si régulier qu'on peut pratiquement prendre rendez-vous avec un ou deux épisodes, se rendre à un bel endroit d'observation et attendre le spectacle.

Au cours des dix derniers jours, il y a eu environ 200 épisodes (21-22 par jour, à l'exception d'une période entre le 22 et le 23 novembre, où l'activité semble avoir été un peu réduite).

Au départ, seule la « bocca della sella » (cratère Sud-Est) était active, mais le soir du 21 novembre, pour la première fois, on a également observé quelques éclats de lave provenant d'une bouche située immédiatement à l'est (mais il ne s'agit pas de la "bocca orientale", autrefois dite "puttusiddu" pour ceux qui s'en souviennent).

 

Actualités de l’Etna

Depuis le 23 novembre, l'activité suit fidèlement ce rythme extraordinairement régulier, impliquant toujours les mêmes deux bouches, et ces derniers jours peut-être même quelques petites bouches supplémentaires dans la zone de la « bocca della sella » (cratère Sud-Est).

Cependant, il y a toujours de petites variations d'un épisode strombolien à l'autre: certains commencent par des émissions de cendres, d'autres par des bulles de lave, d'autres encore par de très petits jets de lave incandescente.

Certains atteignent leur intensité maximale rapidement, tandis que d'autres mettent plus de temps, même la phase finale peut être plus rapide ou plus lente.

Pendant certains épisodes, de grosses bulles de lave se forment, dont l'explosion génère des détonations très fortes, surtout dans les zones sous le vent, où les vitres, les portes et les volets tremblent.

D'autres épisodes produisent des jets assez élevés, mais sans bulles. Souvent, le matériau pyroclastique retombe sur le cône, le recouvrant de milliers d'étincelles roulantes visibles la nuit.

Éruption de l'Etna. Cratère Sud-Est, 29 novembre 2023.

 

Les scénarios éruptifs du volcan Etna

L'activité actuelle (au 1er décembre 2023) semble pour l'instant très stable, sans signe d'une éruption majeure imminente. Bien sûr, cela ne durera pas éternellement, cela pourrait évoluer comme en mai-juin 2017, lorsque, après une soixantaine de courts épisodes stromboliens (alors deux fois par jour), le volcan s'est apaisé pendant de nombreux mois.

En alternative, cette activité pourrait s'intensifier et donner lieu à un nouvel épisode paroxystique similaire à ceux du 21 mai 2023, du 13-14 août 2023 et du 12 novembre 2023. Impossible à dire : pour le moment, l'Etna semble apprécier de faire exactement ce que nous voyons ces jours-ci.

 

Qu'est-ce que produit les courtes et spectaculaires éruptions de l'Etna en ce moment ?

Nous pouvons faire quelques suppositions, en nous basant également sur l'histoire éruptive récente du volcan. Au printemps 2017, par exemple, pendant quelques semaines, l’Etna s'est comporté presque de la même manière, produisant depuis le sommet du Cratère de Sud-Est des dizaines de courtes explosions explosives d'une énergie modeste à intervalles réguliers.

Dans ce cas, cependant, chaque événement éruptif s'est produit après des pauses d'environ 8 à 10 heures, plus longues que celles observées actuellement. Plus tôt encore, en 1997-1998, le même Cratère de Sud-Est a généré depuis son sommet une activité strombolienne faible mais constante qui a duré plusieurs mois.

Il semble donc plausible d'imaginer que la persistance presque constante des épisodes éruptifs stromboliens pourrait être liée à la dynamique de remontée du magma, qui trouve dans ces cas un équilibre entre la quantité de magma qui remonte dans le conduit et celle qui émerge en surface.

 

Qu'est-ce qui pourrait se passer maintenant sur l'Etna ?

Tant que la quantité de magma remontant dans le conduit du Cratère de Sud-Est est équilibrée par celle qui est éruptée en surface, il est probable que les éruptions stromboliennes continueront avec les mêmes caractéristiques, alimentant des éruptions terminales typiques.

Cependant, si cet équilibre venait à être rompu, le style éruptif changerait. En particulier, nous pouvons envisager au moins quatre scénarios différents :

a) La quantité de magma remontant dans le conduit diminue : dans ce cas, le magma dans le conduit descend en altitude, et les éruptions stromboliennes pourraient prendre fin, reprenant lors d'une prochaine réapprovisionnement du système.

b) La quantité de magma remontant dans le conduit augmente : l'activité strombolienne pourrait augmenter en énergie et en fréquence d'explosions, conduisant à un paroxysme éruptif typique (également appelé "fontaine de lave") comme ceux qui se sont produits assez fréquemment ces dernières années.

c) La quantité de magma remontant dans le conduit augmente considérablement : les parois du conduit pourraient se fracturer, permettant au magma de s'infiltrer dans les fractures pour former un "dyke". Dans ce cas, si la fracture se propage vers la partie la plus superficielle du conduit, le dyke magmatique peut émerger en surface à la base du cône du Cratère de Sud-Est, générant ainsi une soi-disant "éruption sub-terminale".

d) Comme variante possible du cas c), si le conduit venait à se fracturer plus en profondeur, un dyke magmatique pourrait s'infiltrer sur les flancs du volcan et, s'il atteignait la surface topographique, pourrait générer une éruption latérale.

 

À l'heure actuelle, les données recueillies par les réseaux de surveillance de l'INGV indiquent que les deux premiers scénarios éruptifs sont les plus probables.

Cependant, il existe une possibilité non trop lointaine qu'une éruption sub-terminale, similaire à celle de l'été 2017 après les épisodes stromboliens répétés du printemps tardif de la même année, puisse également se produire.

Le quatrième scénario, conduisant à une éruption latérale, serait de toute façon précédé par des indicateurs importants tels que, par exemple, une déformation notable du sol, des essaims sismiques, une variation significative du type et de la quantité de gaz émis par le volcan, une variation de la valeur de l'accélération gravitationnelle.

Tous des phénomènes qui seraient certainement enregistrés par les réseaux de surveillance et permettraient donc de détecter à l'avance l'intrusion latérale d'un dyke magmatique à basse altitude. Actuellement, cependant, de tels indicateurs ne sont pas enregistrés, rendant une éruption latérale improbable.

Source : INGV, résumé de l'article original (traduit en français) rédigé par Boris Behncke et Marco Neri, que vous pouvez retrouver ici.


Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et simplifier votre navigation sur celui-ci. En naviguant sur notre site, vous acceptez notre politique de cookies. Lire notre politique de cookies.
J'accepte