Filtrer par
01/11/2020

Les militaires du sauvetage alpin de la police des finances (SAGF) ​​de Nicolosi ont dénoncé 13 guides volcanologiques et 1 guide de montagne pour non-respect des ordonnances régissant l'accès aux zones sommitales de l’Etna.

Ils ont accompagné les touristes sur le volcan Etna au-delà de l'altitude autorisé. En particulier, en raison de l'état critique du volcan, les maires de Nicolosi, Biancavilla et Bronte ont publié des dispositions spécifiques qui imposent des règles strictes pour pouvoir monter au sommet et qui interdisent expressément de dépasser l'altitude de 2920 mètres d'altitude, afin de ne pas se retrouver dans des situations dangereuses. En savoir plus: https://www.bronte118.it/etna-la-guardia-di-finanza-denuncia-14-guide/

 

Accès au sommet de l'Etna

En effet, dans ces situations, il est risqué de dépasser l'altitude précitée afin de ne pas courir le risque d'éventuelles retombées de lave provenant des évents actifs. Dans ce contexte, les guides volcanologiques et alpins, en organisant les excursions, ils ont pour obligation de garantir par leur professionnalisme le respect de toutes les limitations prévues par les organismes compétents pour la surveillance du volcan, afin de permettre aux touristes de faire des visites dans les zones d'intérêt de la sécurité maximale.

Les spécialistes de la police des finances de la SAGF de Nicolosi sont constamment engagés à garantir la sécurité publique et à empêcher les randonneurs imprudents de se retrouver dans des situations dangereuses.

Lors de ces vérifications, les financiers de la direction provinciale de Catane ont intercepté divers groupes de touristes dans des zones interdites de transit accompagnés de guides volcanologiques et alpins qui, au mépris de leurs prérogatives de garants de la sécurité des personnes accompagnées, violaient les dispositions en vigueur avec un préjudice potentiel à la sécurité des touristes. Pour cette raison, les 14 guides ont été dénoncés à l'autorité judiciaire compétente pour violation de l'article 650 du code pénal ou non-respect des mesures administratives.

Récemment, 14 guides de montagne et volcanologiques ont été dénoncés parce qu'ils étaient accusés de ne pas respecter les ordonnances municipales dédiées à la réglementation de l'accès aux sommets de l'Etna. Puisqu'il s'agit d'une question qui concerne également tous les utilisateurs «ordinaires» du volcan, il peut être intéressant d'essayer de résumer les termes de l'histoire. Bref, nous essayons de construire une sorte de livret d'instructions à utiliser pour tenter de se rapprocher du volcan Etna.

Commençons par l'aspect information. Sur la douzaine de municipalités qui ont compétence à divers titres sur la partie supérieure du volcan, il y en a actuellement six (Nicolosi, Biancavilla, Bronte, Maletto, Castiglione di Sicilia, Sant’Alfio) qui émettent des ordonnances syndicales. Le bon citoyen avant l'excursion devra donc essayer de se connecter aux différents sites internet pour comprendre jusqu'où peut aller son excursion.

Le 6 novembre, nous avons fait une visite en ligne et la réponse informative a été décourageante. Aucune municipalité n'insère l'ordonnance sur la page d'accueil, pas même Nicolosi qui est la «porte d'entrée de l'Etna» et qui émet également des dispositions au nom de cinq autres communautés locales. La disposition 2017 est rapportée sur Nicolosicura, qui devrait être le site dédié au sujet. Pour savoir comment se comporter côté sud, il faut donc connaître le numéro de l'ordonnance syndicale (16 de 2019) sinon l'entreprise reste impossible.

Pour les autres municipalités, une histoire similaire. Personne ne le met en évidence, il faut aller aux mesures administratives, choisir le type d'acte (attention ordonnance et ne détermine pas) et enfin vous aurez accès à la disposition. Deuxième surprise: encore le 6 novembre 2020, l'intérêt des maires à protéger notre sécurité est différencié.

Celui de Castiglione a profité du changement du 6 octobre du niveau d'alerte émis par la protection civile (un mois plus tôt) pour confirmer l'autorisation aux guides de gravir le cratère du Nord-Est, tandis que l'autorité de Nicolosi nie tout assouplissement de la précaution. Essayons d'aller sur le site de l'Etna Park, mais le lien affiché vers la protection civile régionale ne fonctionne pas aujourd'hui.

L'accès au document qui sous-tend toute cette jungle de dispositions est encore plus complexe: celui formulé par la Direction régionale de la protection civile en 2013. Il y a 41 pages où les règles sont dictées, mais elles sont pratiquement indisponibles sur le site institutionnel. Pourtant, ce document intitulé «Procédures d'alerte au risque volcanique et méthodes d'utilisation pour la zone sommitale du volcan Etna» contient les fondements du système actuel d'interdictions en vigueur sur le volcan.

C'est la disposition qui a exclu toute utilisation individuelle de la zone du sommet, établissant que vous ne pouvez y aller, dans le meilleur des cas, qu'avec des guides, qui sont des professionnels qui travaillent selon leur propre liste de prix. Mais dès que le niveau de risque passe de «l'attention» à la «pré-alarme», ils ne peuvent pas non plus y aller. C'est ce qui s'est passé de juillet 2019 à octobre 2020, du moins pour la majeure partie de la zone du sommet.

La commune de Castiglione a au contraire maintenu la possibilité d'accéder aux guides. Plus d'un an au cours duquel la protection civile a maintenu le niveau de risque en "pré-alarme". Donc tous ceux qui ont grimpé ont violé les interdictions, à moins qu'ils n'aient planifié l'ascension exactement dans le segment de territoire appartenant à la commune de Castiglione. Et ici une autre brèche intéressante s'ouvre dans la faille du système mis en place par la protection civile.

Comment le guide sait-il dans quelle commune il se trouve à ce moment-là? Et si la route fait un virage et traverse une autre commune sur quelques centaines de mètres, le guide devient-il responsable du non-respect? Ou où est la limite de 2450 m ? Compteurs physiquement fixée par le régulateur de Monte Pizzillo en cas de pré-alarme pour accès sans guide?

Surtout, la question fondamentale reste non résolue: la Protection civile est née pour nous avertir des dangers et intervenir en cas de catastrophe. Pourquoi en présence de risque volcanique doit-il au contraire prévoir l'accompagnement obligatoire et forcé des randonneurs au lieu du choix ordinaire du touriste, comme cela se produit sur toutes les montagnes? On dira que l'Etna est dangereux. Les statistiques disent le contraire.

Malheureusement, le Corps national de sauvetage alpin et des archives spéléologiques regroupe malheureusement près de 500 accidents mortels dans les montagnes italiennes chaque année, ceux qui se sont produits sur l'Etna sont très peu nombreux au cours des 30 dernières années. Le seul véritable massacre a eu lieu en 1979, lorsque 9 personnes sont mortes, mais 40 ans se sont écoulés et dans ce cas les guides étaient présents, quoique impuissants face à un événement imprévisible.

Par ailleurs, une autre question éthique et juridique majeure reste en suspens: est-il correct d'établir que les citoyens ne sont pas égaux face aux interdictions et que si je ne peux pas payer cent euros par personne, je ne peux pas visiter les cratères? Même du point de vue des guides, le système au final ne fonctionne pas: il est vrai en principe qu'ils bénéficient d'une «réserve de chasse», mais lorsque la protection civile ne met pas à jour les paramètres de risque depuis plus d'un an, eux aussi soit ils deviennent des hors-la-loi, soit ils abandonnent le travail pour lequel ils sont préparés.

Et dans tous les cas, de nombreux guides perçoivent qu'il n'est ni beau ni nécessaire d'être choisi par la loi. De plus, le Club Alpin Italien nous rappelle qu'il existe le droit sacro-saint à l'autodétermination de l'alpiniste, celui qui permet à quiconque d'essayer de gravir n'importe quel sommet alpin, à la hauteur de ses capacités. Sur l'Etna cela est évité, même si le Mont Blanc, pour ainsi dire, est beaucoup plus compliqué à gravir.

On dira qu'en cas de libéralisation sur l'Etna le nombre de randonneurs serait excessif. Mais même ce problème peut être résolu: il est nécessaire d'établir un nombre maximum quotidien qui sera vérifié avec enregistrement électronique et contrôle via l'application à télécharger. Une procédure désormais banale d'un point de vue technique. Si je souhaite gravir l'Etna, je me connecte à un site institutionnel, je déclare avoir vérifié le niveau de risque qui doit évidemment continuer à faire de la publicité efficace de la Protection Civile, je déclare être conscient des dangers que je cours et télécharger une application qui permettra aux autorités de surveillance de savoir où je suis pendant l'ascension.

Solution trop simple? Dans d'autres domaines, ils le font déjà. Ce livret d'instructions se termine par les avertissements que l'on retrouve également sur les médicaments: les volcans doivent être utilisés avec un équipement adéquat et avec précaution, sachant qu'un certain degré de risque ne peut jamais être éliminé.

crateres-sommet-etna-etna3340
Crateres au sommet de l'Etna

Comment gravir le volcan Etna en sécurité ?

La sécurité de nos clients et guides et la priorité pour nous. Etna3340 à toujours respecté la lois. Quand pendant ces dernières semaines les clients demandent de monter au sommet, nous avons toujours expliqué les dangers et les limites de visite autorisées.

La plus part nous ont fait confiance et ils ont choisi une randonnée alternative, d’autres ont choisi de renoncer, d’autres encore se sont fait arnaquer par des personnes abusives, sans conscience, ni scrupules.

Actuellement la zone des cratères sommitaux de l'Etna est interdite, par ordonnance de la protection civile, en raison du risque éruptif (il y a une activité éruptive en cours), la limite des excursions est 2920 mètres d’altitude. Ceux qui dépassent cette limite s'exposent à des risques vitaux et sont passibles d'une plainte pénale.

Avec cette interdiction, des foules de touristes se rassemblent à 2900 mètres d'altitude sur le versant sud du volcan. Attention: certaines agences et "guides" pour gagner de l'argent, sont prêts à tromper les clients et à risquer la vie des autres en allant trop proche de la zone des cratères du sommet.

Ne vous laissez pas arnaquer par des "guides" irresponsables. Les touristes ne savent pas jusqu’à quel point le volcan Etna peut être dangereux.


Nous utilisons des cookies pour améliorer notre site et simplifier votre navigation sur celui-ci. En naviguant sur notre site, vous acceptez notre politique de cookies. Lire notre politique de cookies.
J'accepte