Faut Pas Rêver France 3: La Sicile est un théâtre à ciel ouvert ! Des acteurs hauts en couleur, des décors sublimes… De Palerme la belle à Catane la volcanique, Carolina de Salvo nous emmène découvrir une Sicile étonnante. Celle qui vit à l’ombre du volcan. Sur l’île, l’Etna est plus qu’un symbole. Elle fascine autant qu’elle façonne les paysages. Les caractères aussi ! Carolina de Salvo est née à Rome mais a grandi en Sicile, tout près de Palerme. Quand la météo était claire, elle apercevait l’Etna au loin.C’est sur la « Montagne » comme on l’appelle sur l’île que débute son périple. 

Une entrée en matière spectaculaire en compagnie de Marco, un enfant du volcan. Marco a appris à marcher sur les pentes de l’Etna. Il les arpente aujourd’hui comme guide de montagne. Sur des skis, à pied ou à vélo. Avec lui, Carolina va en voir de toutes les couleurs! « L’Etna, c’est l’un des volcans les plus actifs au monde. Il grandit sans cesse, éruption après éruption. Ici on l’appelle la Mamma. On a beaucoup de respect pour elle. On la considère comme une maman ! ». Les colères de l’Etna peuvent faire de gros dégâts. Mais personne ne songe à fuir. Car la lave enrichit la terre. 

Au cœur des éoliennes, on produit le Vin des volcans. Le Malvasia, importé par les Grecs… cinq siècles avant Jésus Christ ! Les contreforts de l’Etna sont comme un jardin d’Eden, où l’on cultive parfois de l’or. De l’or vert comme à Bronte, avec la célèbre pistache. « La meilleure du monde » selon Nino, le roi de la pistache dans la région. Avec lui, Carolina récoltera le trésor de l’île, sans oublier de le goûter… Essentiel ! Car voyager en Sicile, c’est maintenir tous ses sens en éveil. La capitale de la gastronomie, c’est Palerme. Se promener dans ses marchés est en soi une expérience sensorielle fantastique ! « On est au théâtre, ça sent les épices, la grillade, les fruits frais. Et puis venir ici, c’est comprendre l’histoire de l’île ». 

Aux côtés de Carolina, Pépé, un cuisinier hors du commun. Ce qui l’intéresse ? Dénicher des lieux atypiques, les faire ouvrir et ressusciter les recettes du passé. Dans le couvent Sainte Catherine, Carolina découvrira les secrets de la pâtisserie sicilienne. Dans la rue d’à côté, la princesse Alliata Licata de Baucina s’apprête à recevoir. Une vingtaine d’invités qui gouteront, le temps d’un cocktail, au charme désuet de son palais construit au 15ème siècle. « Cette réception est une toute petite pierre à un énorme édifice qui me permet de maintenir le vaisseau à flot. Mais c’est beaucoup de travail. Je suis une Princesse Artisan et ça n’est pas facile tous les jours ». 

Grâce à des passionnées comme la Princesse, Palerme retrouve petit à petit son patrimoine oublié. De l’autre côté de l’île, Catane entretient son héritage baroque tardif. A vélo, Carolina nous emmène découvrir « la fille du volcan », où le blanc côtoie le noir sur les façades des palais. « C’est de la poudre de l’Etna. Le volcan est partout dans la ville. Il a profondément marqué son histoire ». Les éruptions de l’Etna et les tremblements de terre n’ont jamais épargné la région. A l’Ouest de Catane, Raguse, au cœur de la vallée du baroque. Ici, comme partout en Sicile, on prie comme on respire… 

Et ça se voit. La ville compte 50 églises, pour 70000 habitants! Chaque village a son saint patron, pour le protéger quand la nature se déchaîne. Et quand il s’agit de l’honorer, les Siciliens affichent un vrai savoir-faire ! Carolina le vérifiera à Monterrosso Almo. Un petit village de 3000 âmes qui sort de sa torpeur pour célébrer Saint Jean-Baptiste. Une journée incroyable durant laquelle le spectacle côtoie la dévotion… Spectaculaire !